La première gare de Beaune-la-Rolande : la gare d’Auxy – Juranville

En 1863, le Ministère des Travaux Publics décida que la ligne allant de Villeneuve-Saint-Georges à Montargis aurait une station à la jonction de la route départementale n°12 avec le « Chemin de César” » et que cette station porterait le nom de « Beaune-la-Rolande », bien qu’elle soit située à près de cinq kilomètres de la ville et sur le territoire de la commune d’Auxy. Il fallait prévoir une route pour aller à cette gare et c’est le tracé partant du Clos Thibault et passant par Marcilly qui fût retenu. C’est la route que nous connaissons et qui vient d’être déviée à l’entrée d’Auxy-gare en venant de Beaune-la-Rolande à cause des travaux de l’autoroute.

L’électrification de la ligne Paris-Dijon-Lyon porta un coup fatal à la ligne Malesherbes- Montargis. Le dernier train de voyageurs partit le 26 septembre 1971. En octobre 1987, la desserte de marchandises en direction de Malesherbes, venant de Montargis, fut limitée à Auxy grâce à la présence du silo.

La petite histoire : dans la nuit du 23 au 24 mai 1920, le Président de la République Paul Deschanel, se trompa de porte et se retrouva en vêtements de nuit sur la voie entre Lorcy et Mignères. Ce qui surprit fort le garde-barrière à qui il se présenta dans cette tenue et fit la joie des chansonniers de l’époque.

Les bâtiments de la gare existent toujours et sont visibles à Auxy-gare.

La seconde gare de Beaune-la-Rolande : La gare Beaune-la-Rolande – Parville

La gare nommée d’abord « Beaune-la-Rolande Ville », puis « Beaune-la-Rolande Parville » fût construite au Parville. C’est en 1884/1885 que fût construite une voie ferrée ayant pour départ cette gare et se dirigeant à travers le Gâtinais et la Sologne, en direction d’Argent et de Bourges. Le 1er juillet 1883, la première locomotive fit son entrée en gare. A cette occasion le Conseil offrit  un en-cas aux ouvriers ayant construit la ligne (pain, saucisson et vin) et prévit un crédit de 75 francs pour ces agapes !

La seconde gare de Beaune-la-Rolande perdit son trafic voyageurs en 1932 et les bâtiments furent utilisés à d’autres fins. En 1937 la gare « Beaune-la-Rolande Parville » accueillit les classes des garçons lors de la construction de l’école des garçons et au moment de l’exode, les Allemands ayant réquisitionné l’école de garçons. La halle aux marchandises est devenue notre salle des fêtes, le Parville et le bâtiment de la gare a été complètement rasé pour faire les courts de tennis.

La troisième gare de Beaune-la-Rolande : la gare de Beaune-la-Rolande

De 1902 à 1905 une nouvelle ligne raccorda l’extrémité nord de la ligne de Bourges à la grande ligne Orléans-Paris au niveau d’Etampes. Cette nouvelle voie desservit Pithivers. Une nouvelle gare dût être créée à l’ouest de notre ville et fût nommée « Beaune-la-Rolande ». Il avait fallu prévoir une voie d’accès à cette nouvelle gare et l’État prit à sa charge la construction d’une avenue de 440 mètres de long sur les terrains achetés par la commune.

Une plaque commémorative apposée sur la façade de cette gare de Beaune-la-Rolande rappelle à tous, les convois de déportation qui en sont partis pendant la seconde guerre mondiale et incite au recueillement pour la mémoire des hommes, des femmes et des enfants qui transitèrent ici. Cliquez ici pour en savoir plus.

La troisième gare perdit son trafic voyageur vers les années 1950. Elle tomba en ruine avant d’être rachetée par la commune qui la rénova totalement. Elle abrite aujourd’hui l’Ecole Cantonale de Musique, une grande salle de réunion, des locaux de répétition, des locaux mis à la disposition du « Vestiaire Beaunois » chargé de distribuer des vêtements aux plus démunis et une Halte-garderie destinée aux plus jeunes enfants.

En savoir plus : Bulletin de Liaison n°7 de l’association des « Amis de l’Histoire de Beaune »

0 Partages